Accueillir un auteur en médiathèque

Pour ceux qui souhaitent inviter un auteur en médiathèque je vous conseille d’aller télécharger le livret de l’ARAL qui nous explique très bien comment mener un tel projet.

Pour cela, cliquer ici

Publicités

« Scènes de manager »

Fraîchement rentré du stage « Elaboration d’outils pour développer son efficacité personnelle » au C.N.F.P.T de Lyon, un retour s’impose!

Son nom ne l’indiquait peut-être pas, mais il a été surtout question de management. Avant ce stage, ce seul mot suffisait à me faire tourner de l’œil, à défaut d’être tout à fait convaincu à présent, je suis au moins réconcilié. Le mérite revient notamment à la qualité de la présentation orchestrée par Claude Truffaut qu’il faut avoir croisée au moins une fois en formation pour savoir ce que le mot enthousiasme signifie. La formation était très orientée pratique et ponctuée de nombreux jeux qui parvenaient toujours à recentrer l’attention des participants, à l’heure de la sieste, c’est salvateur !

Il serait fastidieux de faire un compte-rendu détaillé de ces 4 journées, aussi, je vais me contenter d’aborder les points qui m’ont paru importants et que je retiendrai.

  • Soigner sa communication

L’élément récurrent de la formation : la relation ++. Cette drôle de formule pour symboliser un échange entre soi et l’interlocuteur dans lequel on est conscient de sa propre valeur et conscient de la valeur de l’interlocuteur. C’est la base  d’un dialogue constructif, ni sentiment d’infériorité, ni sentiment de supériorité. Un exercice pratique : toujours chercher la ou les qualités principales de son interlocuteur, particulièrement si, a priori, on ne lui en connaît aucune ! Mettre en valeur son interlocuteur, lui reconnaître du mérite, le place en disposition favorable à notre égard. Vous préférez les compliments ou les reproches vous ? On met donc ses lunettes roses et on trouve des qualités au collègue pénible du bureau, mais si, mais si, il en a !

  • Pour bien manager, il faut être exemplaire

Ça commence évidemment par l’instauration systématique d’une relation ++ avec tous. Ça passe aussi par une vie équilibrée avec 4 piliers, 4 ballons (c’est l’image choisie) gonflés pareillement : travail, vie sociale, famille et loisirs. Lorsqu’un de ces ballons est plus ou moins dégonflé, c’est l’équilibre de l’ensemble qui est menacé.

Dans la relation avec les « managés », il faut se montrer ferme sur l’objectif et souple sur les moyens.

L’objectif soit être SMART : Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réaliste et Temporellement défini.

  • Bien répartir ses tâches

L’imprévu est prévisible et il s’agit de se garder du temps pour le gérer. Nous avons vu que le travail par liste est conseillé, il est bien visuel, structurant et permet de savoir où on en est en un coup d’œil.  Travailler à partir d’un planning avec une estimation du temps à passer pour chaque action permet d’en gagner beaucoup. Dans l’ensemble, il faut travailler son organisation, bien structurer son emploi du temps. On énumérera toutes ces activités pour pouvoir les prioriser et les éliminer au fur et à mesure.

  • FORMALISER

Il paraît qu’un de nos gros défauts dans la fonction publique territoriale c’est de ne rien écrire : je le note ! Il est important de faire l’effort de toujours noter. Pour avoir une trace écrite mais aussi et surtout pour éviter la mécommunication, empêcher les fausses interprétations. Ça permet également de rendre visible son travail pour soi et pour ses collaborateurs.

Plusieurs outils ont été évoqués pour parvenir à bien manager :

  1. La matrice d’Eisenhower : dissocier l’important de l’urgent
  2. La méthode SMART (voir plus haut)
  3. Travailler par objectifs et les adapter selon les générations
  4. Les schémas heuristiques

etc.

Pour conclure, une formation très intéressante qui me frustrerai presque de ne pas avoir d’équipe à manager pour tester tous ces outils!

Cependant, un doute subsiste. Le management me semble un certain appauvrissement du réel et une technique de manipulation déguisée. On m’a rétorqué que non, que le point de vue divergeant devait être écouté et permettre de faire avancer les choses. Mouais ! Et puis, j’appelle ça appauvrissement du réel pour faire un peu pompeux, cette façon de toujours bien prendre les choses, de positiver, d’être aimable et plein d’entrain, relation ++ etc., c’est moi ou c’est un peu énervant?

Le titre de ce post a été emprunté sans accord et sans vergogne à MM Gainsbourg et Bashung. Grâce leur en soit rendue et profitons en pour réécouter ça !

Philip Roth vs Wikipédia : vos sources mon cher, vos sources !

Un article brillant, oui carrément, sur l’affaire qui a opposé le célèbre écrivain américain à la non moins célèbre encyclopédie libre en ligne. C’est un peu long mais c’est très éclairant sur le fonctionnement de Wikipédia et les incompréhensions qu’il peut engendrer. On peut jeter un œil jusqu’aux commentaires eux aussi de très bonne facture.

Tout cela laisse très songeur mais pas du tout angoissé (pour ma part). L’extraordinaire force de Wikipédia et de son système, c’est l’horizontalité de l’information et non plus la verticalité (nouveau monde Wikipédia contre monde ancien P. Roth ?). Je ne suis pas fan des phrases toutes faites qui font un peu interview d’après-match, mais ici elle s’impose : Wikipédia a le défaut de ses qualités.

P.S. Pour ceux qui se demandent ce que la photo a à voir avec la choucroute, je trouve que l’étoile noire ressemble vaguement au logo Wikipédia et qui mieux que George Lucas pour leur passer un savon.

Parce que les bibliothécaires ont aussi le sens de l’humour

Ciel ma bibliothèque! est un tumblr (journal de bord) sur le métier de bibliothécaire. Il est composé par des bibliothécaires et est ouvert aux contributions. Le principe est qu’une phrase est mis en adéquation avec un extrait de films, films d’animation ou séries.
A partager!

QR-Codes : on arrête tout ?

Aïe, aïe, aïe.

Nous voilà à peine lancé dans l’aventure QR-Codes que la veille nous rattrape. L’article en question (ici), glané sur le très bon blog professionnel Des Bibliothèques 2.0, y va fort : les QR-Codes ça sert à rien, ça marche pas et ça n’intéresse personne !

Des retours d’expérience peu concluants donc. Cependant, notons que les exemples ont peu à voir avec notre mise en application à la médiathèque. Le modèle qu’on a choisi devrait répondre à l’exigence formulée en conclusion de l’article : « faudrait aussi réfléchir à ce qu’on met à l’autre bout du QR-code ».

Au delà de l’image positive que ça renvoie de la structure, au delà de la mise en valeur des collections physiques, les QR Codes sont l’occasion de former et de sensibiliser le public sur ces nouveaux outils et moyens de communication. Et puis, c’est si simple d’utilisation.

Bien sûr que non on n’arrête pas !

Des chansons inavouables dévoilées

Je ne résiste pas à vous faire partager une initiative drôle et inavouable ou presque!

SOIREE INAVOUABLE #2 A LA CHAUFFERIE

Nos Vidéos | 6 février 2012

“Vous en reprendrez bien… de la chanson inavouable”. Tel était le titre de ce deuxième rendez-vous que s’était fixé la Chaufferie et Bmol TV. Sous forme de scène ouverte, des groupes étaient conviés à interpréter, en plus de leur répertoire, une chanson inavouable de leur cru…

Après une 1ére édition riche en émotions, cette deuxième saison a tenu toutes ses promesses: 5 groupes qui ont joué le jeu, des karaokés improbables et un public sous le charme de cette soirée inavouable.

Voici le compte-rendu, tout en images, de la soirée. Avec des remerciements tout particuliers à l’équipe de la Chaufferie (garde la pêche!), aux bibliothécaires de Grenoble et aux équipes techniques de Bmol Régions.

http://www.dailymotion.com/embed/video/xoba0z

Mots-clés : , , , , , , ,